Adieu, Bois de paille-en-queue, gecko de Manapany et liane savon…

Seulement quelques jours après l’avis du Conseil national de la protection de la nature s’inquiétant notamment de la mise en danger de certaines espèces par les travaux de la Nouvelle route du littoral, l’Observatoire national de la biodiversité a diffusé un rapport alarmant où l’on peut lire que “26 % des espèces évaluées présentent aujourd’hui un risque de disparition au niveau français. Ce risque est nettement plus élevé dans les outre-mer (40 %) par rapport à la métropole (22 %).“

Putain de digue (bis)

Dans son avis rendu fin décembre que Le Tangue a pu lire en entier, le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) allume littéralement la Région sur le choix de réaliser une partie de la Nouvelle route du littoral sous forme de digue. En gros, le projet a été pensé avec les pieds, et va bousiller la faune, la flore… voire la falaise entière. 

Swissleaks : ça peut être (aussi) votre voisin

Il y a quelques noms de personnes connues ou, du moins, ayant des fonctions à forte visibilité, dans la liste des Réunionnais apparaissant dans les “Swissleaks”, que Le Tangue a pu se procurer grâce à son partenariat avec le Consortium international des journalistes d’investigation. Mais il y a aussi une dame lambda, que nous avons interrogée de manière anonyme.  

Tu parles d’un grand remplacement…

L’Insee vient de sortir ses chiffres du recensement de la population au 1er janvier 2016. Qu’apprend-on ? Que la croissance du nombre d’habitants est plus due aux naissances dans l’Île qu’au solde migratoire. Pour le grand remplacement, il faudra repasser. Et vu les chiffres, ça va, on n’est pas encore prêt d’être envahis par les migrants.

Pêcher dans un violon

Une publication dans la revue scientifique Conservation Letters il y a quelques semaines tente de démontrer, à l’aide d’une documentation fournie, que pêcher des requins dans le but de réduire le risque d’attaques sur des humains, c’est un peu comme pisser dans un violon.