Elle est gentille, Annick…

Elle est souriante, elle a même l’air sympa, la MOM Annick Girardin. Mais il n’y a aucune raison de croire qu’elle va servir à quelque chose.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Faudrait vraiment être naïf pour croire que les mesurettes proposées par Annick Girardin sont des réponses aux doléances des “Gilets jaunes”. Sa liste, elle l’avait déjà sous le bras en arrivant, et les discussions du jour ont surtout servi à faire de la com’. Il faudrait être encore plus naïf pour s’en étonner.

Extrait du programme d’Emmanuel Macron, en 2017.

Un petit retour en arrière s’impose. Début 2017, Emmanuel Macron est candidat à l’élection présidentielle, et est soutenu par la ministre de la Fonction publique de François Hollande, Annick Girardin. Celle qui a grandi à Saint-Pierre-et-Miquelon est d’entrée de jeu pressentie pour occuper le poste de MOM, en cas de victoire de Manu (sauf pour les dérangés qui croyaient à l’hypothèse Thierry Robert, mais c’est une autre histoire). Or, que dit le programme de Macron, sur les Outre-mer ? Ben pas grand-chose. On vous le copie-colle en entier, c’est pas bien long : “D’ici la fin du quinquennat, nous proposerons chaque année aux ultra-marins au moins 200 000 billets d’avion à prix aidé en particulier pour les étudiants et les entrepreneurs pour leur mobilité entre les Outre-mer et l’Hexagone, et dans leur environnement régional. Nous installerons en Outre-mer l’Agence Française pour la biodiversité. Nous permettrons aux collectivités d’Outre-mer de modifier la réglementation de droit commun pour l’adapter à leur situation particulière.” Voilà. Merci, au revoir. Au fait, d’ailleurs, ils sont où, les billets d’avion ?

Avant son arrivée à La Réunion, la MOM avait un mantra : le “Livre Bleu”. La réponse magique à tous les maux des ultra-marins, Réunion comprise. Mercredi encore, à l’Assemblée, elle assurait : “Le livre bleu Outre-mer est la meilleure réponse qu’on ait apportée pour les Outre-mer. Maintenant il nous faut le temps de le mettre en place.” C’est sûr qu’il est passionnant, le Livre Bleu, mais ce n’est pour l’instant qu’un bout de papier, voire un fichier .pdf sur un ordi. 

 

“Si tu veux rien savoir, faut appeler le ministère des Outre-mer…”

 

Le Tangue a joint un ami taupe, fin connaisseur des Outre-mer et de la rue Oudinot, et qui semblait un peu enrhumé au téléphone. Normal, il vit à Paris, le con. “Depuis près d’un an, j’ai l’impression qu’elle sert à rien. Elle est totalement impuissante sur les APL, sur les contrats aidés… T’appelles le ministère des Outre-mer pour discuter de la suppression des APL, ils te renvoient vers le ministère du Logement. Si tu veux rien savoir, faut appeler le ministère des Outre-mer…

Les mesures annoncées par Girardin il y a quelques heures, si elles sont appliquées un jour (ce dont on doute, mais c’est parce qu’on est taquins), sont un parfait exemple de la politique macroniste pour les DOM. D’une, parce que certaines ne sont pas nouvelles – le coup de la taxe d’habitation, on le connaît – de deux parce qu’elles ne coûtent pas bien cher, et qu’il n’y a pas de bas de laine caché : “Ils veulent faire des économies sur l’Outre-mer, la réduction de l’abattement fiscal est un exemple…  Le budget est en train d’être voté, il n’y a pas d’argent supplémentaire, pas d’argent magique.” Il faudra donc se satisfaire d’une ministre sympa… mais qui vient juste faire de la com’ : “Elle est un peu le pompier qui passe après que le gouvernement a tout cassé.”

Loïc Chaux