La Réunion flambe, la France a peur… pour ses vacances

C’est bon ça, coco, des voitures qui crament sous les cocotiers…” Les échauffourées nocturnes auront au moins eu ça de positif : que les médias hexagonaux s’intéressent aux maux réunionnais.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Et si on vous parlait de La Réunion vue de l’Hexagone ? Parce que oui, Le Tangue en a un peu ras le museau de voir, lire, entendre des poncifs sur notre caillou volcanique. Nos confrères adorent les clichés et fuient un peu les sujets de fond : pour parler pauvreté par exemple, il faut une visite présidentielle. Sans ça, pas d’ouverture du flash info sur RTL. Pour qu’un procès intéresse les grands médias nationaux, il faut une pincée de sorcellerie qui va donner du sel et faire couleur locale. Mais des Juliano Verbard, il n’y en a pas dans tous les box des accusés. Pour que La Réunion fasse un “off” au 20 heures, il y a d’autres sujets porteurs : un réveil du Piton de la Fournaise, une attaque de requin et encore, il faut que notre victime y laisse sa vie. Au mieux, s’Il ne perd qu’une guibole il intéressera un mag’ comme Paris-Match qui filera quelques bifetons pour un témoignage sur lit d’hôpital.

Puis il y a les cyclones et les commandes aux journalistes locaux des chaînes qui cherchent des images. Votre serviteur lors de Dumile avait oeuvré pour BFM TV. Un chef d’édition lui avait demandé : “Surtout filme des palmiers qui bougent à cause du vent…” Ah les îles !

Depuis deux jours, La Réunion est revenue sur le devant de la scène médiatique grâce aux “gilets jaunes”. Au couvre-feu, aux bagnoles qui crament. Certains médias comme Le Républicain lorrain ou Le Dauphiné libéré ont titré sur ce pauvre policier qui a perdu une main… C’est vrai. Problème : cette mutilation n’avait rien à voir avec les émeutes mais serait dûe à une mauvaise manipulation à l’intérieur de la voiture de patrouille. 

 

Loin des yeux, loin du cœur

 

Alors La Réunion flambe et la France a peur… pour ses vacances. LCI s’est, sur son site internet, intéressée à la raison de la violence. Cette fois-ci on nous a épargné le titre “Les raisons de la colère”. Donc LCI (re)découvre à l’occasion de ces émeutes que le chômage atteint des records chez les jeunes, qu’ils sont désabusés, que dès que l’occasion se présente, ils crament et caillassent la police. Sans excuser, c’est aussi là, une façon d’attirer l’attention. Le proverbe populaire dit :”Loin des yeux, loin du coeur”. Or, le regard de l’Hexagone ne se tourne vers La Réunion que lorsque des événements de cette teneur se déroulent. Davantage encore lorsque des forces de l’ordre sont blessées… Car les autres sujets ultra-marins intéressent peu.

Mayotte est dans la même situation. Il est question de Mayotte quand la délinquance bat des records, quand les magasins sont pillés, quand les manifestations dégénèrent, quand des renforts d’Hexagone sont envoyés. Aucun grand média n’a, par exemple, parlé de la crise de l’eau potable dûe à la sécheresse. Bon, ok, comme votre bête à pique est honnête, elle va tout de même citer le seul site web qui a parlé du problème : Le journal de l’environnement…

Pierre Adrien