Le ladilafé de Vanessa Miranville

Encore une victime des réseaux sociaux, des rumeurs, des fausses informations. Ce qu’on appelle en créole le “ladilafé”. D’ailleurs, en 2016, Vanessa Miranville, la maire de La Possession, le disait à Zinfos974 : “Le drame de cette île, ce sont les ladilafé.” C’est aussi le drame sur le web.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Sur le réseau social professionnel LinkedIn (voir capture ci-dessous), Neness a justement publié un post présentant un tableau “comparatif” de la gestion de la France et de la gestion de l’Allemagne. En introduction, il est écrit : “Puisque les politiciens Français prennent toujours l’Allemagne en exemple et que nos hommes politiques nous parlent sans cesse du modèle allemand, voici quelques précisions.” Suivent des rubriques.

Le gouvernement par exemple : il est dit qu’en France nous avons un président de la République, un Premier ministre, vingt-cinq ministres, neuf secrétaires d’État, soit un total de trete-six personnes alors qu’en Allemagne il, y aurait simplement un chancelier et huit ministres. Point barre. Surprenant, hein ? Bah oui, puisque c’est faux. En Allemagne il y a aussi un président de la République. Que Vanessa Miranville – ancienne enseignante – ne le sache pas, c’est de l’inculture crasse. Il s’appelle Frank-Walter Steinmeier et il gagne environ 17 000 euros par mois. Tout comme Emmanuel Macron qui, pourtant, selon le tableau gagnerait 21 026 euros bruts. Cela fait un peu mal au cul au Tangue de l’avouer mais Macron bosse tout de même un peu plus que Steinmeier qui n’a lui qu’un rôle symbolique. Angela Merkel, elle, touche 23 000 euros chaque mois contre 15 000 euros pour Édouard Philippe.

On continue ? Sur les chiffres : nous avons actuellement en France dix-sept ministres et quatorze secrétaires d’État. Bon, ce petit tableau doit dater un peu. En Allemagne ? Il y a quatorze ministères et non huit. Bim !

 

Du train… et pas mal d’avions.

 

La suite ? Cette rubrique qui ne manque pas de sel : “Le soir après le boulot, à Paris, le 1er ministre se détend dans son logis de fonction de 310 mètres carrés à Matignon tandis que ses collègues regagnent en limousines des hôtels particuliers que la République met généreusement à leur disposition.” Vanessa, ou koz sérié, là ? Nos ministres roulent en Peugeot ou en Renault. Il est vrai qu’à l’époque de Pompidou, il a pu arriver que des ministres circulent en Porsche. Mais en limousine ? Tu as cru qu’ils faisaient un enterrement de vie de garçon ? Quant au logement d’Édouard Philippe : les 310 mètres carrés sont en fait 309 (et vu le prix du mètre carré dans le 7e, la nuance est de taille), et la partie privative n’est “que” de 213 mètres carrés, le reste étant des salles de réception. C’est toujours trop, il pourrait se payer un loyer, d’accord. Mais, en fait… c’est le cas : Édouard Philippe vit dans un appart’ ailleurs, avec sa femme. On en a mal au doigts et ailleurs, à force de pianoter pour défendre la Macronie, alors qu’on aimerait bien faire l’inverse… 

Passons aux déplacements. Cocorico, nous les Français, nous aurions des ministres globe-trotteurs avec un Airbus A320-200, deux falcons 7x, deux Falcons 900, deux Falcons 50, et trois hélicos Super Puma. En Allemagne, c’est le train – une tradition allemande, décidément – et les lignes aériennes régulières. Tiens donc. Dans la réalité, les ministres teutons ont à leur disposition deux Airbus A340-313 – bien plus grand que notre A320 -, eux Airbus A319 CJ, quatre Bombardier Global Express 5000. Nous allons nous s’arrêter là dans la démonstration. Que Giovanni Grondin de la Plaine-des-Palmistes se laisse avoir, votre bête à piques comprend presque et excuse. Mais qu’une élue de premier plan se laisse berner par des publications poujadistes, Le Tangue trouve cela décidément très bête. Il y a tellement matière à leur tomber dessus, aux rigolos des ministères, que dire n’importe quoi semble bien contre-productif.

Nicolas Goinard