On est (presque) les champions !

Générations Futures vient de faire paraître une carte montrant les départements qui consomment le plus de pesticides, et a décerné un “Glyph’Award” à celui utilisant le plus de glyphosate. C’est le Vaucluse qui gagne devant… La Réunion. Une médaille d’argent que Le Tangue tenait à souligner.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Avant de commencer, quelques mises au point : oui, Générations Futures est une ONG écolo-bobo, à qui il arrive de dramatiser un peu la situation pour promouvoir le bio. Et oui, le lien entre glyphosate et cancers ne fait pas l’unanimité dans les milieux scientifiques, loin de là. Mais le Roundup – puisqu’on parle de ce truc – est une telle connerie, aspergée à l’arrache dans les champs pendant des années, rendant les mauvaises herbes résistantes, mettant en danger les agriculteurs mal protégés et les bestioles environnantes, qu’il y a lieu de se poser des questions sur son utilisation à pleins tonneaux. Ce que fait, apparemment, La Réunion.
Au moment où nous écrivons ces lignes, les agriculteurs réunionnais, par la voix de la Chambre d’Agriculture et de la FDSEA, sont en colère contre les “gilets jaunes”, qui les empêcheraient de donner du fourrage à leurs bêtes, et de transporter leurs cannes à sucre. Ils s’en foutent, remarquez-bien, de ces histoires de “gilets jaunes” : des taxes sur l’essence, ils n’en paient pas. Ce dont on se doutait, mais que Générations Futures vient de confirmer, c’est qu’en plus, ça balance des pesticides à tout-va. Soyons sûrs que sur les barrages, ces prochaines heures, on ne va pas trop discuter du sujet.

Message principal de la campagne de com’ de 2016 : la filière canne-sucre est une filière durable. Ben tiens…

L’ONG a rendu publiques il y a quelques heures de nombreuses informations concernant les achats de pesticides en France en 2017. Pour ce faire, elle a utilisé les chiffres de la base de données des ventes des distributeurs de pesticides en France, qu’elle a rattaché à chaque département. De cette masse considérable d’infos, plusieurs d’entre elles sont particulièrement intéressantes. Notamment celles concernant les ventes de pesticides non utilisables pour l’agriculture biologique par hectare de surface agricole (SAU) : comme certains pesticides peuvent être utilisés pour l’agriculture biologique, il est plus intéressant de se pencher sur les départements qui utilisent le plus de pesticides non compatibles avec le bio, le tout rapporté à l’hectare. Dans ce cas-là, La Réunion est le 8e département français en utilisant le plus. Bravo, mais peut encore mieux faire. 

On s’améliore avec les perturbateurs endocriniens : dans le classement recensant les département qui achètent le plus de pesticides suspectés de contenir des perturbateurs endocriniens par hectare, le classement augmente : on échoue au pied du podium, certes, mais quatrième, ça commence à être pas mal, d’autant qu’on est largement devant le cinquième, et juste derrière le troisième.

Heureusement, il nous reste le glyphosate, pour poser le pied sur le podium. Et il s’en est fallu de peu pour qu’on remporte la timbale : à 400g par hectare près, on battait le Vaucluse ! Troisième, la Martinique, petit joueur, est larguée. Heureusement qu’ils ont le chlordécone pour s’amuser de leur côté… N’empêche que la Chambre d’agriculture de La Réunion risque d’être fière, lorsqu’elle va recevoir son trophée.

Alors, pour finir sur une note encore plus drôle, nous vous conseillons d’aller visiter la fantastique page du Syndicat du Sucre, et son onglet “développement durable“, du coup. On vous a fait une copie d’écran, histoire de terminer sur un grand éclat de rire.

 

(capture d’écran du site du syndicat du sucre)

Loïc Chaux