C’est quand même un bel avion…

Pour ceux qui auraient quitté La Réunion il y a deux ans, sachez que la lubie du moment, à La Région, c’est d’envoyer Roland Garros au Panthéon. Avec une expo sur le parking de l’aéroport, c’est quand même difficile de louper ça.

Mardi, la Région avait organisé une conférence de presse dans ses locaux, en la présence d’une réplique exacte et volante de l’avion qui permît à Garros de traverser la Méditerranée en 1913 et envoyé de Métropole pour le coup. Une conférence de presse où on nous avait promis la venue du président, Didier Robert, à qui on espérait serrer la paluche mais qui, finalement, a préféré laisser la place à un de ses seconds, le maire de Saint-Philippe Olivier Rivière, roi de la blagounette (“Qui veut monter dans l’avion ?“). Il y avait quelques bouteilles d’eau – auxquelles personne n’a touché – ce qui nous rassure au moins sur un point : notre argent, cette fois, n’est pas parti dans les petits fours.

Évidemment, les élus présents se sont encore pressés sur les photos – mention spéciale à Faouzia Aboubacar Ben Vitry qui après le POP, réussit à faire le doublé en deux jours – après avoir lourdement insisté sur l’intérêt de faire entrer Garros au Panthéon. Passons sur la maladresse du membre d’une association pour la promotion de Roland-Garros, qui tient apparemment à ce que les enfants réunionnais sachent que l’un de leurs ancêtres est un grand inventeur d’armes de guerre (voir ici), c’est surtout le communiqué de presse qu’on nous a gentiment distribué qui nous a fait tousser. Et notamment cette phrase : “Roland Garros serait aussi le troisième ultramarin après Félix Eboué et Aimé Césaire, et le premier Réunionnais à reposer au sein du temple de la Nation.” On en est donc là : face à un intellectuel, résistant ultra-marin de la première heure ; face à un autre intellectuel et un des plus grands écrivains français du XXe siècle, La Réunion n’a qu’un sportif inventeur de la mitraillette à travers l’hélice des avions à proposer. Symbole, qui plus est, d’une guerre inutile, longue, et coûteuse en vies des deux côtés. Garros est sûrement un grand homme ; de là à en faire un symbole de “paix“, comme le dit Didier Robert…

Mardi, à La Région, les élus demandaient aux journalistes de soutenir cette candidature à la Panthéonisation. Très peu pour nous : lisez-donc plutôt les portraits des Chaillu, Dierx, Albius, Leblond, Vollard… C’est d’ailleurs au moment où on nous proposait de faire des photos à côté du fameux avion que nous sommes partis : vraiment, il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat.