“Vous êtes imposable ?”

La Ferme en ville / Jardins et Produits du terroir / Terre & Mer / En route vers la Bio locale” : ce week-end, Le Tangue est allé à la Nordev. Et a eu du mal à comprendre où ce “salon” voulait en venir.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Du bio, des producteurs locaux et une présentation des “nouveautés” de la Citalis, il n’en fallait pas plus pour attiser la curiosité de votre bête à piquants préférée. Elle s’est donc pointée, dimanche, à la Nordev, à une sorte de “salon” appelé “La Ferme en Ville”, présenté ainsi sur linfo.re : “Premier salon dédié à la ferme, au jardin et aux produits du terroir, le BIO sera tout particulièrement à l’honneur.” Le tout organisé par Organizo Events, déjà responsable du salon “Zanimos” et de deux ou trois concerts. Il fallait aller voir ça.

En effet, des productions locales, Le Tangue en a trouvées ; il est même reparti avec des paupiettes de veau – c’est bon, les paupiettes, surtout avec des champignons. Mais il y a quand même deux-trois trucs sur lesquels on a tiqué. Cette épicerie italienne qui, comme elle l’explique sur la page de l’événement “propose des produits du terroirs (sic) italiens (re-sic), en provenance de différentes région (re-re-sic) d’Italie” qui donc n’a rien à voir ni avec le bio, ni avec le terroir réunionnais ; cette autre épicerie fine saint-pauloise qui, elle, vendait certes des soupes bio – coûtant un bras – mais surtout “produites en France” (bonjour l’empreinte carbone) ; cette pauvre Miss Réunion, certainement bio et issue du terroir mais obligée de se farcir des photos avec tous les exposants ; ce stand Volkswagen avec des bagnoles en expo, un peu à l’écart, certainement parce qu’en termes de bio, Volkswagen, c’est quand même la marque qui truquait ses moteurs pour contourner les lois antipollution il y a peu… Des poussins parqués dans un minuscule espace, dont certains étaient crevés – ou alors, ils dormaient profondément ; et des bœufs haletants sous la chaleur d’un chapiteau extérieur. Il y avait aussi un gentil monsieur nous ayant refilé des branches de giroflier. Il a sauvé notre journée après l’instant Kamoulox de notre visite.

À peine les pattes posées dans le hall B de la Nordev, une dame vient nous voir pour nous offrir de l'”Impôthérapie”. Nous demandant de but en blanc “Vous êtes imposable ?”, elle était en fait chargée de nous rabattre vers un stand avec des monsieurs en chemise proposant de nous “faire payer moins d’impôts“. “Ils pourront mieux répondre à vos questions que moi, mais je peux vous garantir des placements avec des rendements dix à quinze fois meilleurs que le livret A ! Je le sais bien, je suis cliente depuis un mois !” Cette dame n’ayant pas voulu nous dire si, du coup, depuis un mois, elle était plus riche, nous sommes allés vérifier la société pour laquelle elle bosse. Il s’agit en fait de LDF conseil qui, en effet, a inventé le terme “impôthérapie” : “Un mot qui nous appartient mondialement, nous sommes “Impôthérapeute” c’est-à-dire que nous transformons intelligemment l’argent inutile de vos impôts en une action positive pour la France“. Paf ! Ils balancent, les mecs ! En fait, sous couvert d’effectuer des placements “éthiques”, il s’agit d’aller spéculer sur des projets immobiliers ou énergétiques… en Asie. 

C’était quoi, déjà, ce salon, la “Ferme en Ville” ? “Premier salon dédié à la ferme, au jardin et aux produits du terroir, le BIO sera tout particulièrement à l’honneur.”

Kamoulox.

Loïc Chaux