Les renforts arrivent, dopés aux vaccins

 

Engagez-vous qu’ils disaient. Vous verrez du pays et on vous fera plein d’injections très chouettes. Les gendarmes mobiles qui débarquent sur l’Île pour restaurer l’ordre le savent.  Le Tangue a fourré son nez dans leur carnet de santé et s’est  marré. Car avant le grand départ vers ce comptoir reculé de la République perdu en plein océan Indien, peuplé de sauvages qui vivent tous avec un os dans le nez, les pandores ont fait la queue dans les infirmeries de leurs casernes pour recevoir quelques piquouses. Notamment, le vaccin contre la fièvre jaune. Bon ok, nos moustiques sont parfois pas trop sympas, ils peuvent filer le chik’ ou la dengue. Mais la fièvre jaune, bordel ? Ils ont certainement confondu avec l’Angola… 

Mais plus sérieusement, selon le guide de la vaccination militaire, tous ceux qui partent en opération extérieure en outre-mer, “y compris dans les zones sans risque de fièvre jaune, afin d’assurer la protection vaccinale” reçoivent cette injection. Le Tangue connaissant bien les mobiles, il espère aussi qu’ils ont dans leurs bagages quelques cartons de capotes. Ce serait con qu’ils soit vaccinés contre la fièvre jaune et qu’il rentrent chez bobonne avec la première MST qui traînait à la sortie de La Villa.

P.A.