Gilets jaunes

En Guadeloupe, Jégo le messie… mais non !

Après la visite à La Réunion de la gentille Annick Girardin, ministre des Outre-mer, en marge des manifs des Gilets jaunes, Le Tangue s’est intéressé à ces venues de représentants du gouvernement dans les DOM à l’occasion de crises et s’est demandé : “mais au fait, à quoi ça a servi?” Troisième et dernier épisode, la Guadeloupe et les manifs de 2009 contre la vie chère.

2011 – 2018 : à Mayotte, on change les têtes, les problèmes demeurent…

Après la visite à La Réunion de la gentille Annick Girardin, ministre des Outre-mer, en marge des manifs des Gilets jaunes, Le Tangue s’est intéressé à ces venues de représentants du gouvernement dans les DOM à l’occasion de crises et s’est demandé : “mais au fait, à quoi ça a servi?” Deuxième épisode, Mayotte, marquée par les manifs d’ampleur depuis 2011.

En Guyane, Bareigts au balcon et échographe dans le carton

Après la visite à La Réunion de la gentille Annick Girardin, ministre des Outre-mer, en marge des manifs des Gilets jaunes, Le Tangue s’est intéressé à ces venues de représentants du gouvernement dans les DOM à l’occasion de crises et s’est demandé : “mais au fait, à quoi ça a servi?” Premier épisode, la Guyane, en 2017 au cours du mouvement des “500 frères”. 

Caroupaye zimpôts !

Jean-Bernard Caroupaye gilet jaune ! Pourtant, la première chose qu’il pourrait faire en faveur de la communauté, ce ne serait pas de payer ses impôts ?

Par où t’es rentré ? On t’as pas vu sortir

Le Tangue en avait un peu marre, de fréquenter du prolo sur les blocages. Alors, cet après-midi, il est allé à la Préfecture, voir du patron, du vrai, du genre qui met des chemises blanches, qui roule en grosse voiture, qui est assommé par les charges et qui trouve que le Smic à 1100 euros, c’est quand même un peu trop. Ça tombait bien, les représentants du monde économique (Medef, CCIR, banques, etc.) étaient reçus par le Préfet. À leur arrivée, les quelques “Gilets jaunes” sur place – la plupart restent sur les routes – les ont agonis d’injures de derrière les barrières.  Hélas, une heure plus tard, sans doute trop timides, nos “décideurs” ont évité la porte de devant. Celle de derrière, aussi, parce que les journalistes sont malins, il l’ont guettée aussi. On ne sait pas vraiment par où ils sont passés, mais ils ont tout fait, en…