Gilets jaunes

Le chômage a baissé pendant les manifestations des “Gilets jaunes”

Il n’y a pas de raison : Le Tangue peut lui aussi être de mauvaise foi. Parce qu’on a aussi lu que les “Gilets jaunes” avaient mis plus des trois quarts des entreprises réunionnaises dans la mouise. Il suffisait de lire correctement les “tendances conjoncturelles” concernant le quatrième trimestre 2018, publiées par l’IEDOM. Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

La bonne nouvelle vient des vendeurs de voitures

C’est Zautos974 qui nous le dit : catastrophe, en novembre, La Réunion a vu ses ventes de tutures diminuer de moitié par rapport à l’année précédente, apparemment à cause des “Gilets jaunes”. Nous on aurait plutôt dit “grâce” :  car si cela a l’air de mettre au fond du trou les importateurs, Le Tangue y voit plutôt une bonne nouvelle, puisque cela fait quand même éventuellement plus de mille bagnoles en moins sur les routes, donc . . . Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Camelots de ministres

Fantastique ! Olivier Noblecourt est venu, apparemment, assurer le “service après-vente” des promesses de la ministre Annick Girardin suite aux mouvements sociaux – pas encore terminés, rappelons-le. Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Caroupaye zimpôts !

Jean-Bernard Caroupaye gilet jaune ! Pourtant, la première chose qu’il pourrait faire en faveur de la communauté, ce ne serait pas de payer ses impôts ? Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Par où t’es rentré ? On t’as pas vu sortir

Le Tangue en avait un peu marre, de fréquenter du prolo sur les blocages. Alors, cet après-midi, il est allé à la Préfecture, voir du patron, du vrai, du genre qui met des chemises blanches, qui roule en grosse voiture, qui est assommé par les charges et qui trouve que le Smic à 1100 euros, c’est quand même un peu trop. Ça tombait bien, les représentants du monde économique (Medef, CCIR, banques, etc.) étaient reçus par le Préfet. À leur arrivée, les quelques “Gilets jaunes” sur place – la plupart restent sur les routes . . . Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.