Le concours l’épine

“[La billetterie dans les bus Citalis] ne représente pas grand-chose.”

Dans le Quotidien du 20 septembre, Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et vice-président à la Cinor, nous laisse perplexe, car aujourd’hui, on ne peut quasiment plus prendre aujourd’hui un bus de la Citalis sans se retrouver contrôlés par des golgoths habillés aux couleurs d’entreprises de sécurité privées. Le tout au milieu d’une signalétique, depuis quelques mois, promettant amendes et prison aux resquilleurs. Faudrait savoir.

“On pourrait mettre un terme à ces folies, à condition qu’on travaille de concert avec les autorités […] Et avec la Fédération. Il faut absolument qu’on soit plus sévère.”

Dans le Quotidien du 31 juillet, le génialissime Yves Éthève trouve qu’il y a trop de mouvements de joueurs au sein du foot local, alors que c’est la Ligue elle-même qui a supprimé la limitation du nombre de mutations en décembre. Plus de trente ans qu’il est là, qu’il participe au bordel local, mais il joue encore l’étonné ; il nous avait manqué, Yves.