L’édito

Des noms ! Des noms !

Le Tangue est le premier média à avoir évoqué l’affaire du coureur dopé, mais le seul à n’avoir pas dévoilé son identité. Quelle bande de rabat-joie !

Au boulot, les feignasses !

Le Tangue, c’est vraiment des Bisounours. La réalité, la vraie, c’est métro-boulot-dodo. Fainéants de gauchos, allez donc bosser, Macron, il l’a dit, du boulot, y en a plein.

Le plaisir de ne rien branler

Moins de voitures dans les rues, une consommation limitée aux produits de première nécessité, des vacances pour beaucoup de Réunionnais… Vous avez dit catastrophe ?   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Laissez-nous forniquer !

Un tangue, c’est pas compliqué : ça dort pendant trois mois, ça se reproduit les suivants, puis ça élève les petits, et enfin, ça se fait bouffer en civet. En ce moment, on est dans la phase “reproduction”. Ces prochaines semaines, nous allons donc les consacrer à draguer, forniquer, manger. Draguer, forniquer, manger. On ne fait ça que deux mois dans l’année, et vu la simplicité de la chose avec les piquants qu’on se trimballe sur le dos, comprenez bien qu’on ne serait pas contre avoir un peu la paix dans nos forêts, histoire de pouvoir écouter tranquilles du Marvin Gaye, avec chandelles et dentelles – on n’est pas très originaux. Déjà, pour ce week-end, c’est cramé, vu le foin qui s’annonce sur les sentiers. Comme nos copains les tuit-tuits – qui, eux, ont réussi à virer le Grand Raid de la Roche Écrite – nous crions “À bas le…