C’est quand même un bel avion…

Pour ceux qui auraient quitté La Réunion il y a deux ans, sachez que la lubie du moment, à La Région, c’est d’envoyer Roland Garros au Panthéon. Avec une expo sur le parking de l’aéroport, c’est quand même difficile de louper ça.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

La pub Air Austral qui ne dit pas son nom

Il y a un grand principe dans la presse : il ne faut pas duper le lecteur et lui faire croire qu’une pub est un article. Depuis trois jours, dans le Journal de l’Île, Air Austral fait exactement cela.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Dimanche, allez pique-niquer !

Dans la septième circonscription, on connaît donc à peu près le nombre de personnes qui n’avaient rien d’autre à faire, dimanche dernier, que d’aller voter : environ vingt-cinq mille. Environ un inscrit sur quatre. Au Tangue, on trouve que c’est encore beaucoup trop. Un signe terrible du désoeuvrement de la population réunionnaise qui nous désole.

De la coco dans la moto

Le Tangue poursuit son rattrapage sur les affaires de dopage qui lui ont échappé pendant son absence. Aujourd’hui : un motard suspendu après avoir pris de la cocaïne.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Ah, les valeurs du rugby…

Pour avoir refusé de se soumettre à un contrôle antidopage en 2017, un ancien joueur de rugby du RC Saint-Pierre a été suspendu quatre ans. C’est énorme.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

On a lu “Requins à La Réunion, une tragédie moderne”

La “crise requins”, on ne vous fait pas un dessin. Mais il se trouve que la figure la plus médiatique des événements de ces dernières années, Jean-François Nativel (président de l’association Océan prévention Réunion), a commis il y a quelques années un bouquin (Requins à La Réunion, une tragédie moderne) distribué un peu partout. Alors, on a fait une chose originale : on l’a lu.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Putain de camions, putain de digue

La carrière de Bois Blanc, c’est l’histoire avant tout d’un choix fait il y a longtemps par la Région : réaliser une partie de la Nouvelle route du littoral sur du remblai, au mépris de l’écologie et au profit des camions. Et ce n’est même pas nous qui le disons : c’est la Région elle-même.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Zamal, futur or vert

Le Tangue n’a pas fait de grandes études, mais il a trouvé la solution pour faire tourner l’économie réunionnaise à plein régime tout en agissant en faveur de l’environnement. Il ne s’agit donc pas de construire une route en pleine mer, à fonds perdus, pour y faire circuler toujours plus de bagnoles. On se demande bien, d’ailleurs, qui pourrait avoir une idée aussi saugrenue. Non. Le prochain or de La Réunion sera vert, dans tous les sens du terme : il s’agira du zamal, qui pousse comme du chiendent dans nos jardins. Le Tangue en aurait-il, justement, trop fumé, pour écrire pareil sottise ? Pas sûr…   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Paul Belloni Du Chaillu, grand Réunionnais oublié

Paul Belloni Du Chaillu reste certainement l’une des personnalités réunionnaises les plus méconnues de l’Histoire. Et l’un des explorateurs français les plus injustement oubliés.    Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Les baleines peuvent flipper

Par le biais de nouveaux accords politiques et économiques, Maurice a proposé au Japon un accès à sa zone économique exclusive, c’est-à-dire sa zone de pêche. Et ils pêchent quoi, les Japonais, à part les poissons ?    Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.