Hayot, roi du pneu

Partie 3. Très présent dans le secteur des véhicules à La Réunion, le Groupe Bernard Hayot est notamment importateur d’une multitude de marques de pneumatiques… prestigieuses ou non.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Et sinon, les cailloux ?

Le mouvement des transporteurs, en ce moment, est en fait l’arbre qui cache une forêt touffue : aucun élément ne permet d’affirmer qu’il y a assez de roches massives à La Réunion pour terminer la Nouvelle route du littoral. Ou alors, on nous le cache.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Touchés au cœur

En plus des marques qu’il détient déjà dans le cadre de son activité de grossiste, le Groupe Hayot a fait main basse sur des labels particulièrement prisés des Réunionnais, en rachetant le groupe Vindémia.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Dans les placards ou dans les garages, Hayot est partout

Nourriture, entretien, pièces autos, grandes marques vendues en direct ou par le biais d’une activité de grossiste… Le Tangue a répertorié l’ensemble des produits vendus directement ou indirectement par le Groupe Bernard Hayot à La Réunion, avant le rachat de Vindémia. Une constatation : il est absolument partout.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Plein les placards

Vendre en gros des marques prestigieuses : Le Groupe Bernard Hayot possède un portefeuille qui le rend incontournable dans le panier des Réunionnais. Pour manger, nettoyer ou se soigner, Hayot est forcément dans un de vos placards.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Casseroles au cul, adieu la rue Oudinot !

Le gouvernement de Jean Castex, annoncé hier, marque un virage à droite assez marqué. Ce qui aurait pu profiter à quelques élus réunionnais de premier plan… si seulement ils avaient eu moins de casseroles judiciaires aux fesses.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.