Le concours l’épine

“La détestation du blanc tout court, zorey ou pas, qui nous arrive par la gauche woke, via les amis de Kémi Séba et consorts.”

Dans l’édito du 4 août, le JIR associe donc Kémi Séba à une hypothétique “gauche woke“. Séba, l’antisémite, le raciste, l’homophobe, proche de l’extrême-droite française et amis de nazillons, serait “woke” ? On ne savait déjà pas trop ce qu’était le “wokisme“, mais ce qui est rassurant, c’est que les journaux réacs n’ont semble-t-il pas compris non plus.

“8 Réunionnais sur 10 profitent des aides des allocations de la CAF.”

Selon linfo.re, Frédéric Trublin, directeur de la CAF, aurait très judicieusement choisi son verbe. Sauf qu’en vrai, il parle de “8 Réunionnais sur dix qui sont couverts par les prestations de la CAF.” Pour linfo.re, donc, qui a un peu transformé ses propos, les allocataires de la CAF sont plutôt de sacrés profiteurs qui doivent se payer des langoustes et des écrans plats.

“Rien au monde ne peut justifier cet acte de barbarie qui a enlevé la vie à une fille, une mère, une voisine dont les qualités relationnelles, la bienveillance et la gentillesse n’étaient plus à démontrer au sein de son entourage.”

Ah, parce que si la victime du féminicide de Saint-Joseph n’avait pas été mère, si elle avait été méchante et égoïste, ç’aurait été moins grave ? Décidément, les politiques, dont Huguette Bello ici avec Réunion 1ère, pédalent sévèrement dans la semoule quand il s’agit de réagir aux violences faites aux femmes.