Le concours l’épine

David (chasseur de fantôme) : “Etes-vous parmi nous ?”

Voix masculine inconnue : “Hey man”

On apprend donc, dans le JIR (09/02) que les fantômes sont rastas et qu’ils citent des dialogues de Rasta Rockett. “T’es mort, man ?

À moins que le JIR ne soit pas au courant de la définition de “paréidolie auditive”…

“Dans le cadre de la lutte contre la pandémie mondiale qu’est l’obésité, une nouvelle technique se développe depuis trois ans en France : l’endo-sleeve.”

Pandémie rien que ça ? Le JIR du 1er décembre ne fait pas dans la demi-mesure et se plante au passage. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une pandémie est “la propagation mondiale d’une nouvelle maladie“. Le terme est aussi utilisé dans les cas de transmission des virus. Au JIR, l’emphase est aussi une pandémie qui fait des ravages.

“Il y aura les deux semaines de vacances, en octobre, donc on a regardé, il ne manquera pas tellement l’école, et puis on veillera à tout se passe bien.”

Dans Le Quotidien, le père de Soan Arhimann, un petit garçon qui participe à un des innombrables radio crochets de la télé (là, c’est sur TF1), n’a pas l’air de trop s’inquiéter du fait que son marmaille va manquer plusieurs semaines de cours pour aller faire le guignol à la télé. Le brevet ? Pour Soan, c’est option “Anges de la téléréalité” !

“Ce sera donc une ville du sud-ouest de la France, même si la mer y est moins attrayante, et les vagues bien plus rarement spectaculaires. Ou alors à l’autre bout du monde à Tahiti, avec une vague certes de niveau mondial, mais impossible à regarder depuis la plage car trop éloignée du rivage, des infrastructures moindres par rapport aux nôtres, où nous avons l’habitude d’accueillir des gros événements.”

La tribune d’Océan prévention Réunion (OPR), reprise par l’ensemble de nos confrères, se désolant de l’absence de La Réunion aux candidatures d’organisation des épreuves de surf des JO de Paris est un monument de mauvaise foi, nous vous conseillons de la lire en entier. Paraît qu’on aurait besoin des JO pour le tourisme. Ça dézingue au passage tous les autres spots français candidats (ils risquent d’être contents, à Lacanau…), et notamment celui de Tahiti qui aurait “des infrastructures moindres par rapport aux nôtres, où nous avons l’habitude d’accueillir des gros événements.” Ben oui, quoi, Teahupoo, c’est juste une des étapes du championnat du monde de surf depuis vingt ans, z’ont pas trop l’habitude, les mecs. Demandez donc à votre copain Jérémy Florès, il connaît un peu, là-bas.