Crise de foi

Et il devient quoi, le “radiesthésiste” ?

Le Tangue a été très étonné, ce matin, en lisant le Jir : dans le dossier consacré à l’enquête sur la disparition de Mathieu Caizergues, on ne parle plus du tout du monsieur qui promettait de le retrouver avec son pendule. Il faisait pourtant la “une”, il y a un an. Le Tangue lui avait alors proposé de vérifier ses “pouvoirs”… sans succès.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Nous aussi, on veut notre scandale sanitaire !

Si les Antilles ont leur chlordécone, pourquoi, à La Réunion, on n’aurait pas aussi notre scandale sanitaire bien à nous ? Hélas, ni la leucose, ni la chlamydiose ne sont de bons candidats.    Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Caramba, encore raté

Les voyants, c’est comme les bonnes résolutions, on les voit débarquer à chaque nouvelle année. Avec cette constance : leur niveau de charlatanisme reste très élevé.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Des soucoupes partout, tout le temps

On parie que ça va nous faire la semaine ? Dans le Jir du jour, Fabrice Juppin de Fondaumière affirme de nouveau avoir vu une “soucoupe volante”. Pour une fois, c’est dans ses propres archives que Le Tangue va pouvoir fouiller.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

On a lu “Requins à La Réunion, une tragédie moderne”

La “crise requins”, on ne vous fait pas un dessin. Mais il se trouve que la figure la plus médiatique des événements de ces dernières années, Jean-François Nativel (président de l’association Océan prévention Réunion), a commis il y a quelques années un bouquin (Requins à La Réunion, une tragédie moderne) distribué un peu partout. Alors, on a fait une chose originale : on l’a lu.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.