Crise de foi

La CGTR éduc’action met les pieds dans le plat

La branche éduc’ nat’ de la CGTR vient de jeter un pavé dans la mare, en appelant clairement à une “vaccination anti covid de masse”, quand le reste de la confédération continue à ménager la chèvre et le chou.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Après la chloroquine, l’ivermectine, évidemment

Après avoir soutenu l’usage de la chloroquine dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid, les têtes pensantes anti-vax locales se sont rabattues sur l’ivermectine… dont l’efficacité n’a pas été prouvée, non plus.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Marre des régionales ? Détendez-vous avec Réinfo Libertés 974 !

On s’était promis de ne plus trop parler d’eux, mais vue la poilade qu’on vient de s’offrir en jetant un œil à la page Facebook d’un des collectifs complotistes locaux à propos du Covid, c’eût été dommage de s’en passer.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Les anti-vax ont gagné (pour l’instant)

28% des Réunionnais non vaccinés affirment qu’ils ne le feront pas, selon un sondage Réunion 1ere – Sagis. La propagande anti-vaccins a, semble-t-il, porté ses fruits au sein de la population. Et nous, les merdias, on a laissé faire.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Après les masques, le vaccin : les conspi pays s’ennuient

La Réunion va bientôt avoir droit à ses doses de vaccins dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid. Evidemment, quelques groupes conspis locaux sont contre : Le Tangue propose donc d’étudier quelques uns de leurs arguments.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.