Trop cool, l’exil fiscal !

Dans le supplément gratuit du Jir d’aujourd’hui, on apprend que l’Île Maurice essaie d’appâter les retraités réunionnais avec un argument imparable, sa faible fiscalité. Une offensive qui n’est pas sans rappeler les Mauritius Leaks.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Vive les animaux (s’ils rapportent du pognon)

Jean-François Nativel participe en ce moment à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), invité par l’International Wildlife Management Consortium (IWMC), au nom de laquelle il va discuter lors des débats. Le Tangue a essayé d’en savoir plus sur cette association.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Ramassamy, Bello et les autres, fans de l’homéopathie

Plusieurs députés réunionnais se sont récemment prononcés contre le déremboursement de l’homéopathie, avec des arguments plus foireux les uns que les autres. Il faut dire qu’à La Réunion, l’homéopathie, c’est populaire ; s’agirait pas de s’engueuler avec les électeurs.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

En haute mer, les requins pélagiques prennent cher

Le Tangue a pu se procurer une étude parue dans la prestigieuse revue scientifique Nature, où l’on apprend que les requins pélagiques ont de moins en moins d’endroits pour se réfugier de la pêche intensive. Même la haute mer n’est plus un lieu sûr ; et l’océan Indien n’est pas préservé. Quant au bouledogue, c’est celui qui a le plus à craindre.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Quand l’Île Maurice suce les impôts des copains africains

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont Le Tangue fait partie, a mis la main sur une flopée de documents expliquant comment l’Île Sœur permet à des sociétés étrangères travaillant sur le continent africain de payer un minimum d’impôts dans ces pays. C’est peut-être pas illégal, mais franchement pas joli-joli.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.