Emmener Le Tangue au tribunal : Lariche idée devient fessée

Relaxé dans le cadre de la procédure qui l’opposait à Philippe Lariche et sa société S2FOI qui détient Burger King Réunion, Le Tangue se voit conforté dans son droit à la satire et à la caricature, même quand il s’agit de gros patrons.

 

C’est peut-être pas fini : Philippe Lariche peut encore faire appel, et nous n’avons pas encore pris connaissance des motivations complètes du tribunal. Mais quand même : ce premier jugement renvoie sévèrement Philippe Lariche et sa société S2FOI (qui détient Burger King, notamment), parties civiles, dans les cordes. Il a porté plainte contre  Le Tangue, et il n’a pas seulement perdu : le tribunal a jugé qu’il avait franchement déconné.

Pour ceux qui débarquent, et parce que nous sommes taquins, rappel des faits. Le 19 mars 2020, au début du confinement, Philippe Lariche achète une page de pub dans le JIR, pour y faire paraître ce communiqué : 

 

 

Le boss de Burger King traite donc son concurrent de collabo, et se pose comme un champion en ayant fermé ses restaurants avant l’autre vendeur de frites, vu que sa famille aurait été résistante et aurait fait un tour dans un camp de concentration. Un pétage de câble qui a choqué certains de nos lecteurs, qui nous l’ont fait savoir.

Au lieu de nous indigner bêtement, nous avons choisi de faire (presque) parler Philippe Lariche dans notre rubrique l'”Interview presque vraie“. Le Tangue, journal satirique, a fait du Tangue : pour parodier un discours, à la base, complètement barré, on a dû pousser les potards à fond. Ç’a donné cette (Presque) interview, intitulée : “Mac Do met de la viande de Juif dans son Big Mac“. Régalez-vous.

Philippe Lariche, ça lui a pas plus. Il a donc porté plainte, avec constitution de partie civile, nous reprochant quelques passages, notamment le dernier, et cette réponse à une question que nous trouvions pourtant assez judicieuse : 

 

“À bien y réfléchir, faire un coup de pub sur le sujet du coronavirus, en pleine période d’épidémie, c’est pas un peu collabo, ça ?

Vous avez peut-être raison. Faudrait que je me renseigne, voir si mon pépé mort à Buchenwald serait en fait pas tombé d’un mirador.”

 

La plainte portait d’abord sur des délits de “diffamation et d’injure“, elle a finalement été réduite à l'”injure” (Rappel des faits et des dates ici).

Après de multiples renvois, nous avons finalement pu nous expliquer devant le juge, à Champ-Fleuri, il y a un mois. En l’absence de notre accusateur, nous avons fait valoir notre droit à la caricature, une des tâches que nous nous sommes fixée lors de la création du Tangue, tout en luttant contre la banalisation de la Shoah ; comparer une épidémie à une guerre où des humains ont été déportés et exterminés systématiquement par un régime nazi, comparer des vendeurs de frites à des Résistants, pour Le Tangue, c’est complètement con. On a préféré en rire, parce que pour dénoncer, des fois, le rire, ça marche.

Finalement, le travail de nos deux avocats, maîtres Jérôme Maillot et Laurent Pasquet-Marinacce, a donc porté ses fruits : aujourd’hui, nous étions convoqués au tribunal pour entendre le verdict. Et il va plus loin que ce qu’on espérait.

En effet, si les requêtes en nullité portées par nos avocats n’ont pas été retenues, c’est bien sur le fond, que nous avons été jugés. Et le président nous l’a bien expliqué : nous avons été relaxés de tout ce dont on nous accusait, notre “droit à la satire et à la caricature n’ayant pas dépassé les limites de la loi“. Mieux, encore, et ça va faire mal aux fesses de Philippe Lariche et de sa société S2FOI : ils devront nous verser 2500 euros, le tribunal ayant jugé qu’ils avaient lancé une “procédure abusive“. 

Philippe Lariche a donc d’abord commencé par un point godwin, pour terminer sur un effet Streisand : sa vraie-fausse interview dans notre petit Tangue est devenue un des articles les plus lus, et il a désormais l’image d’un patron qui tente de faire taire les médias qui ne lui mangent pas dans la main. Avec le recul, finalement, ça nous fait bien marrer.

Loïc Chaux

 


Le Tangue a besoin de vous pour vivre.

Cet article est gratuit, mais vous pouvez vous abonner pour lire les autres.

Ou filer un p’tit pourboire. Ou un gros, si vous en avez les moyens.