Un p’tit rail ? La Région ne dit plus non

Depuis quelques jours, la Région communique beaucoup sur le futur réseau ferré entre Sainte-Marie et Saint-Denis. Quand on regarde un peu en arrière, le culot atteint un très haut niveau.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Il y a une semaine, le moins que l’on puisse dire, c’est que La Région s’est pris une sacrée banane, avec la suspension des autorisations pour l’exploitation de la carrière de Bois-Blanc. Les motivations de la décision du tribunal administratif sont d’ailleurs assez salées, pour les lecteurs du Tangue : il y est notamment question du rapport de la CNPN, que nous avions épluché en long et en large. Et pourtant, au Tangue, notre mauvais esprit nous a titillé : et si La Région s’y attendait un peu, ou, au moins, avait prévu le coup ?

Dès le mois d’août, au Tangue, on avait senti un petit vent de rétropédalage, lorsque la Commission permanente avait voté pour la création d’un Réseau régional de transport guidé. Sachant qu’on n’avait pas pour habitude de prendre les politiques pour des jambons, nous nous sommes tout de suite rappelé que, élu en 2010 sur son projet de NRL, Didier Robert avait ensuite mis les bouchées doubles pour que le chantier soit lancé avant les élections suivantes, en 2015. Or, les prochaines, c’est en 2021. Et il n’y a plus de carotte pour celle-ci : avec le retard pris ces derniers temps, la NRL ne sera pas prête. Il en a fallu, donc, du culot, pour ressortir le tram-tr… le Run Rail, dont le but ultime est de relier Saint-Benoît à Saint-Pierre. 

Et le pompon ? Depuis quelques jours, les utilisateurs de zinfos ou de clicanoo l’auront forcément remarqué, les Région se paie de la pub sur ce futur tramt-tr… Run Rail (décidément, on multiplie les lapsus) et notamment le début des travaux de la première partie reliant Sainte-Marie à Saint-Denis. En février, lorsque la Région avait lancé la phase de concertation, elle expliquait : “Parce que la question des transports et des déplacements est devenue la première préoccupation des Réunionnais, il faut une réponse durable aux embouteillages.” C’est beau. Aujourd’hui, donc, dans sa pub, ça en devient superbe : on insiste sur l’aspect “durable“, “rapide“, sur le nombre de Réunionnais qui vont pouvoir s’en servir… Et oui, les transports inter-urbains, c’est super.

 

Un “Express”, c’est pas un tram.

 

Enfin, Didier Robert, lui, n’a pas toujours pensé ça. On a retrouvé une interview qu’il avait accordée, en 2010. Il expliquait notamment sa vision sur le transport en commun réunionnais : “Nous sommes aujourd’hui, effectivement, engagés sur un vrai travail de fond en ce qui concerne le transport en commun de la Réunion. Il ne s’agit pas de s’arrêter à des hypothèses autour de 40 kilomètres, la réunion est bien plus vaste. Nous avons cette obligation aujourd’hui de pouvoir rayonner sur l’ensemble de l’île. C’est l’objectif du nouveau transport public réunionnais avec un maillage sur l’ensemble du territoire avec 2000 bus qui y seront consacrés.” La route, la route, la route ! Et le rail, alors ? “Je pense que le tram n’est pas à la hauteur de nos capacités, des moyens financiers d’une collectivité comme la nôtre.” C’est aussi pour cela qu’on ne voit jamais le mot “tram” apparaître sur les pubs. On parle plutôt d'”express“. Sur la page consacrée à la chose sur le site de la Région, on concède cependant qu’il s’agit d'”un tramway express, plus rapide qu’un tramway classique“.

On apprend enfin que les travaux vont débuter “début 2021“. Ce qui n’a évidemment aucun rapport avec la date des prochaines élections régionales qui auront lieu dans le courant… 2021. Évidemment aucun.

Loïc Chaux