Les candidats greenwashent à fond les ballons

À un an des municipales, Le Tangue continue à vous tenir au courant des manœuvres de nos élus locaux, qui ont dû penser que les Réunionnais n’y verraient que du feu. Raté.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Le Tangue va bientôt vous parler un peu plus des élections européennes, dont tout le monde se fout à La Réunion – à part les partis, ça les occupe. Mais à un an des élections municipales, il est désormais évident que les élus locaux sont surtout en train d’essayer de sauver leurs fesses en jouant la com’  à fond les ballons. En particulier – une fois n’est pas coutume – à La Possession, (nous en parlions déjà ici) où on se lance dans la télé réalité, avec un “Vis ma vie d’élu” assez potache :  

 

 

C’est assez drôle car ce désir de voir et de comprendre le travail des élus  faisait partie des revendications des “gilets jaunes” sur les barrages en fin d’année, mais que la mairie se garde bien de le préciser. Et puis une des parties de cette organisation réside en l’organisation, au domicile des Possessionnais et sur leur demande, de réunions avec les élus pour “un échange autour des réalisations et des améliorations à faire dans votre quartier ou votre Ville.” En d’autres temps, on appelait ça des réunions électorales. Des temps où la com’ était bien moins bien huilée.

En termes de com’, Saint-Paul est pas mal non plus. Ils avaient failli nous avoir, avec les Nuits sans lumière : lors d’un précédent article, Le Tangue ne s’était pas forcément intéressée à la commune de Joseph Sinimalé, puisqu’elle apparaissait en tant que partenaire de l’événement. D’ailleurs, elle communique là-dessus. Ça fait peut-être bien auprès des électeurs, mais Le Tangue a vérifié : en fait Saint-Paul participe a minima, se contentant d’éteindre les lumières uniquement dans certains quartiers, et seulement de 21h à 23h. On imagine fort bien que les pétrels ont une montre à la main, et vont dire à leurs petits d’apprendre à voler uniquement pendant l’émission de première partie de soirée. remarquez, sur ces histoires de pétrels, Le Tangue ne s’étonne plus de rien : mardi soir, sur Free Dom, madame Aude s’inquiétait des dangers encourus par les automobilistes “pour trois pétrels“. Elle ne lit manifestement pas Le Tangue.

La palme du “green washing”, cependant, ne pourra pas échapper à Saint-Denis. Le Tangue a remarqué que, depuis quelques années, les communes commençaient enfin à prendre le problème des décharges sauvages à bras-le-corps. La Civis a même eu l’initiative de créer une brigade, il y a quelques mois. Au même moment, la mairie de Saint-Denis, ça ne semblait pas vraiment l’inquiéter, ces histoires détritus. Il y a un an jour pour jour, votre serviteur avait étudié le sujet dans le magazine BuzBuz ; que disaient les services municipaux ? “On n’est pas dans la verbalisation du riverain lambda. On ne souhaite pas taper sur les usagers. Nous, on a choisi le dialogue.” Sauf que quelques mois plus tard, le sujet est tellement devenu à la mode, que les mairies qui ne font passent un peu pour des ânes… Et ça, électoralement, ça ne le fait pas. Résultat ? Ça.

 

   

 

Gilbert Annette, de son côté, annonçant même des amendes, c’est dire ! Finalement, c’est pas compliqué, de changer d’avis : suffit juste de préparer les élections.

Loïc Chaux