Je suis Français, je suis nul en maths

Sur les blocages, à La Réunion comme dans l’Hexagone, cette affiche a beaucoup de succès. Nous avons décidé de vérifier ses affirmations.


Le Tangue est pour l’instant gratuit pour vous, mais pas pour nous. Vous pouvez nous aider tout de suite en nous soutenant ici.


 

Au premier coup d’œil, c’est sûr qu’elle fout un peu les jetons, cette affiche : un smicard français, après avoir payé les frais “incompressibles”, il ne lui resterait que deux euros pour manger ? Vraiment, on se fait plumer par les taxes ! (Et les amendes, hein, plus moyen de faire une petite pointe ni de picoler dans sa bagnole, bordel) En sous-entendu, le Français subirait tous ces coûts… Alors qu’on parle ici de services rendus (assurances, mutuelles, électricité…) et donc non-gratuits. Ils sont certes trop chers, mais ils ont une utilité : sa baguette et sa bouteille de pif, il les a bien payées.

Et puis en refaisant correctement les calculs, c’est toujours pas simple de vivre avec un Smic, mais moins que ce que laisse supposer ce dessin.

D’abord, il faut comprendre le postulat de l’affiche : il s’agit de prendre en exemple un français célibataire, payé au Smic, soit 1149,07 euros par mois, sans enfant.

 

On affirme ici qu’il n’a droit à aucune aide. C’est vrai en ce qui concerne les APL, nous avons fait les simulations. Mais pour le reste, c’est faux : la Région a par exemple annoncé la semaine dernière que les foyers gagnant moins d’un 1,2 Smic par mois auront droit à cent euros d’aide pour se fournir en carburants. Notre bon moustachu a aussi droit à la Prime pour l’activité (PPA) : au vu de ses revenus, il a donc droit à 155 euros par an, soit environ treize euros par mois. Il est donc faux d’affirmer que notre “pigeon” n’a droit à aucune aide.

Ensuite, il affirme devoir payer différentes prestations qui semblent incompressibles. Vérifions cela : 

  • 50 euros d’assurance de voiture : notre boug’ fait partie des 88% des foyers réunionnais dont au moins un membre travaille et possède une voiture. Nous avons donc effectué différentes simulations auprès d’assurances locales. Nous avons donc imaginé que notre porteur de baguettes conduisait une Peugeot 207 de 2014, roulant à l’essence, et qu’il n’avait pas eu d’accident depuis cinq ans. Comme nous ne sommes pas pingres, nous l’avons assuré “tous risques”. Selon les devis que nous avons reçus, son assurance devrait lui coûter entre 440 et 500 euros par an. Soit entre 37 et 41,5 euros par mois.
  • 750 euros de loyer : là, c’est ce qui nous a le plus fait tousser. Aucun propriétaire n’accepterait de louer son appart à quelqu’un qui gagne seulement 1,5 fois le prix de son loyer. En général, les proprios exigent un salaire deux, voire trois fois plus élevé. À ce prix-là, notre célibataire smicard vit dans de sacrés apparts… En réalité, et avec son salaire, il a de plus fortes chances de vivre dans un appart’ à 400 euros environ, voire un peu moins en cas de coloc’. S’il vit dans les Hauts, il peut même payer encore moins cher.
  • 150 euros d’essence : rappelons-nous, l’homme au béret roule en 207 essence – la voiture la plus vendue à La Réunion. Avec une moyenne de quinze mille kilomètres par an – moyenne nationale, notre ami paie environ 140 euros d’essence par mois (on vous passe les calculs). Avec l’aide de La Région, il passe à 132 euros (nous pouvons lui conseiller les transports en commun, le covoiturage, cela va faire drastiquement baisser la douloureuse). 
  • 25 euros de mutuelle : là encore, notre gars paie un peu cher. Depuis deux ans, les employeurs ont l’obligation de fournir une mutuelle à leurs employés, et d’en payer au moins la moitié. En payant vingt-cinq euros, il a sans doute ajouté des options au modèle de base proposé par son employeur ; soit, mais à ce prix, il est très, très bien couvert, d’autant qu’il a l’air plutôt jeune. Il a raison de faire gaffe, s’il picole en allant acheter son pain.
  • 97 euros d’électricité et gaz : alors là, je vais parler de moi. Je travaille de chez moi depuis le mois de juin environ. Je partage mon appartement avec ma compagne. Les consommations d’électricité ont donc lieu les soirs, les matins ; mais la journée, l’ordinateur continue de tourner, la cafetière, la plaque électrique aussi. J’utilise aussi la climatisation depuis une dizaine de jours. Or, pour la période du 14/09/2018 au 16/11/2018, la facture s’élève à 113,88 euros. Soit 57 euros par mois. Lorsque j’étais célibataire et que j’occupais un appartement au Moufia, je payais environ 75 euros tous les deux mois, soit 37,5 euros par mois. En voyant large, notre exemple ne paiera pas plus de quarante euros par mois. Concernant le gaz, La Réunion  ne l’utilise pas pour se chauffer. S’il a une cuisinière à gaz, qu’il vit seul, une bouteille de gaz tous les trois mois nous paraît déjà énorme – et cela réduira ses factures d’électricité. 18,75 euros sur trois mois, soit 6,25 euros par mois, et voilà que ses dépenses pour de l’énergie se cantonnent à 46,25 euros par mois, en comptant très large.
  • 25 euros d’assurance-maison : décidément, notre type est un vrai pigeon, en effet : tout le monde le roule. Reprenons mon exemple : en 2015, pour vingt-cinq mètres carrés au Moufia, je payais 107 euros d’assurance par an, soit 9 euros par mois. En prenant compte de l’inflation, et d’un éventuel appart’ un peu plus grand, on arrive péniblement à 13 euros par mois.
  • 50 euros de taxe d’habitation : là, nous sommes à peu près dans les clous. Il faut cependant ajouter que Macron a promis de la supprimer pour les foyers les plus modestes à l’avenir. Mais comme les communes risquent de compenser, on ne va pas se lancer dans des calculs compliqués. Et ça fait un peu mal à l’arrière-train d’appeler Macron au secours pour notre argumentaire.

Maintenant, reste à faire notre addition : nous arrivons à 702,25 euros de dépenses mensuelles. Il ne lui reste donc pas deux euros pour manger, comme il le dit, mais environ quatre cent cinquante euros. C’est peu : il faut encore retrancher le prix de la téléphonie, des loisirs, des vêtements, des coûts liés à la voiture (achat, entretien…)… On peut vivre avec un Smic, mais pas vraiment se faire plaisir. Est-ce typiquement français ? Puisque les “gilets jaunes” se sont cristallisés autour des prix des carburants, cet article des Décodeurs montre, chiffres à l’appui, que si en effet, les carburants sont chers, rapportés au coût de la vie, ils ne le sont pas tant que cela par rapport aux autres pays d’Europe.

Cette affiche de ce pauvre Français n’est donc pas seulement fausse : elle tente volontairement de nous induire en erreur.

Loïc Chaux

 

750 euros de loyer avec un Smic… On n’en revient toujours pas.