La diplomatie parallèle de Didier Robert

Maire, député, sénateur, président de Région, et maintenant diplomate… Didier Robert a signé avec le Ministre des Affaires étrangères mauricien en 2016 un document dans lequel l’Île Sœur rappelle qu’elle considère Tromelin, île des Taaf, comme lui appartenant, en opposition totale avec les positions françaises sur le sujet.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

La parole est aux gourous

Dans son premier numéro sorti en juillet, le magazine Équilibre – sous-titré “L’éveil des consciences” – met à l’honneur des “thérapies” non seulement charlatanesques, mais pouvant dériver en plus vers des pratiques sectaires, selon la Miviludes.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Le travail de maton se gâte

Alexandre Gonneau, un surveillant de prison de vingt-sept ans, s’est suicidé fin mai après avoir quitté son travail à Fleury-Mérogis. Il était parti de La Réunion quatre ans plus tôt avec la promesse d’un job d’avenir.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Elle a des heures de vol, la tomate

Il est de bon ton de se moquer des végétariens, végans et autres adeptes du bio ; nous n’allons pas crier avec les loups. En revanche, le foin qui tourne autour de tout ça, il y a bien de quoi se poiler.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

ZEE, ou la grandeur d’un îlot

Grâce à la règle des Zones économiques exclusives, le moindre petit îlot octroie à son propriétaire des droits souverains sur des centaines de milliers de kilomètres carrés marins.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.  

Les Antilles empoisonnées

Le chlordécone, un insecticide autrefois utilisé dans les bananeraies martiniquaises et guadeloupéennes, pollue les sols, l’eau et par conséquent les aliments des deux îles des Caraïbes. Une véritable catastrophe écologique et sanitaire, face à laquelle l’État a bien peu de réaction.   Cet article est payant. Pour le lire, celui-ci et beaucoup d’autres, il vous faut vous abonner. Rendez-vous donc ici. À bientôt.